«Après une période de méditation et de silence, je suis de retour parmi vous.
J’observe que notre pays traverse des troubles socio-politiques et militaires.
Face à tous ces événements qui dénotent de tensions évidentes, je ne peux rester indifférente. Aussi, en ma qualité de Porte-Parole des Forces Nouvelles, je ferai bientôt une déclaration. Pour l’heure, je lance un appel à une forte mobilisation le jeudi 29 juin 2017, à tous les Ivoiriens, épris de paix et engagés pour la réussite de la réconciliation nationale, à s’unir autour de #GKS pour la commémoration de l’attentat du 29 juin 2007. Bonne fête de Ramadan à tous ! Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire !» On aurait dit un général en train de galvaniser ses troupes sur sa page officielle, tant elles ne savaient à quel commandement répondre. En effet Affoussiata Bamba Lamine qui a commencé à avoir de la côte depuis qu’elle avait été nommée ministre et à prendre une distance apparente d’avec ceux qui l’ont fait, reprendrait du poil de la bête. A quelle fin ? Seulement, que les faits sont têtus!

Zoom Sur sa «petite» carrière politique…
Affoussiata Bamba Lamine les journalistes ne l’oublieront jamais assez. Elle qui n’hésitait pas à leur brandir le couperet de la menace de la loi sur la presse, pour leur dire que tout n’est pas bon à dire. Bon, on ne dira pas mieux de Bruno Koné ! Affoussiata justement, qui prenait ses humeurs pour les adjoindre à son management de ministre. Elle rendait visite aux rédactions qu’elle voulait, et s’est taillé un effet pléthorique de conseillers qui n’ont d’autres valeurs et arguments que d’avoir lutté avec elle au temps de la rébellion. Tournons la page…Député d’Abobo elle était, et députée elle voulait le rester en allant conquérir un bastion politique des plus imprenables, Cocody ; ou l’attendait justement Yasmina Ouégnin, qui n’a fait qu’une bouchée d’elle. Pauvre Affoussiata…Et à la faveur du remaniement ministériel qui suivra, elle sera ô justement remerciée, pour bons et loyaux services rendus à la nation. Alea jacta est! C’est à la suite de cette déconvenue qu’elle ira tel un troglodyte se terrer dans les miasmes morbides d’une caverne de jouvence, pour réapparaitre comme un ogre prêt à bondir sur n’importe quelle proie. Seulement –et encore- les faits sont têtus et prouvent qu’au temps ou coulaient le lait et le miel, la reine avait oublié les ouvrières de la première heure de la ruche ; et qu’elle ne se souvient d’elles que lorsque des hannetons oseront braver la ruche pour en exterminer toute vie animale qui s’y trouve…A condition que répondent au clairon tous les appelés, si au temps du bivouac de la reine, ils n’avaient pas mieux à faire, et qu’elle n’oublie pas qu’à la guerre il y’a deux destins possibles….

KONE YAO

Commentaires Facebook