Au PDCI, seule la voix de Bédié porte. Mais ces derniers temps, il semble de plus en plus se pencher vers la base…

La chose la mieux partagée au PDCI le plus vieux parti de Côte d’Ivoire, c’est qu’on ne contredit pas le chef. On le sait qu’après le dernier congrès de ce parti où des irréductibles ont osé se frotter à lui, ils avaient comme été mis en quarantaine. Avant de comprendre qu’au PDCI, seul ‘’nanan’’ décide. Mais depuis lors et avec les dernières élections présidentielles en passant par ‘’l’Appel de Daoukro’’ ou le PDCI avait promis d’avoir un candidat dans ses rangs, qui n’a après été que le candidat unique du RHDP. Entrainant la création de la fameuse mais éphémère coalition nationale pour le changement (CNC) qui avait dans ses rangs des militants de première heure du PDCI en les personnes de KKB, Essy Amara, Kablan Jérôme et Charles Konan Banny. Dès lors, le ver était dans le fruit…Jusqu’à ce que le ‘’nanan’’ décide unilatéralement alors qu’ils avaient été suspendus du parti –eux et les militants qui avaient osé outrepasser les consignes du parti et affronter les candidats dits officiels du RHDP- de les réintégrer, et de prôner l’unité du parti. C’est qu’entre temps, courageusement, des militants ont commencé à geindre et envahir toutes les plates-formes qui s’offraient à eux, pour décrier cette gestion royale du parti. Le roi n’était dès lors plus serein et devant ces grincements de militants, entre prises de positions qui frisent la royauté, est contraint de mettre de l’eau dans sa coupe de vin. Mais là aussi et avant tout, en rusant.

Bédié lâche du lest en maintenant son navire

En effet Henri Konan Bédié en bon politicien, fait des concessions, tout en rappelant qu’il est le seul maître du navire…Qui tangue ! En même temps qu’il créé son groupe parlementaire à l’Assemblée, il enjoint à ses 89 députés sur les 225 de l’hémicycle, de se comporter à l’Assemblée conformément aux consignes du parti, et à l’alliance RHDP avec le parti frère-ennemi d’à côté. Avant de demander aux voix discordantes d’être abonnées à «la culture, la discipline et la patience ». Sans leur dire vraiment si l’alternance 2020, il y croit sincèrement…Mais pour l’heure et face à la débâcle cinglante de ses candidats aux dernières législatives, il décide d’opter dorénavant pour les primaires comme choix des candidats potentiels. On n’est donc jamais roi éternellement ?

KONE K

Commentaires Facebook