Le monde entier a découvert en cette année 2017, une autre façon de faire la politique : sortir des sentiers battus du c’est du déjà vu, pour emprunter de nouveaux sillons certes tumultueux mais au bout desquels luit une lumière des plus éclatantes avec à la clé, le pouvoir d’Etat. Emmanuel Macron est donc comme son nom l’indique, le nouveau Messie de la politique qui éclaire les hommes politiques dont beaucoup d’africains qui rêvent du pouvoir d’Etat, en se rasant. Lequel en avril 2016, fonde son propre parti politique, baptisé En marche !, et démissionne quatre mois plus tard du gouvernement. Il adopte un positionnement hostile au clivage gauche-droite et se présente à l’élection présidentielle de 2017. Arrivé en tête du premier tour, il remporte le second avec 66,10 % des suffrages, contre la candidate du Front national, Marine Le Pen. Véritable action d’éclat avec en prime, une victoire certaine aux législatives ! Les politiciens ivoiriens ne sont pas dupes, et savent d’ores et déjà, que la succession de l’empereur Ouattara ne sera pas du tout aisée et qu’il y a un énorme coup de poker à jouer, les Ivoiriens étant dans leur majorité harassés par cette classe politique dont les idéaux se riment à des guéguerres entre les partis politiques traditionnels, à travers leurs «leaders éclairés» qui sont pour la plupart au soir de leur carrière politique. Et parmi ces derniers, d’aucuns aiguisent déjà leurs coutelas…De mauvaises langues ont déjà vite fait de prêter des élans présidentialistes au président de l’Assemblée nationale qui serait sur le starting-block de la création de son mouvement politique, hors des partis du RHDP dont il serait très proche. Et d’ailleurs continuent ces empêcheurs de trôner à l’hémicycle en rond, c’est pourquoi il se serait fait depuis belle lurette le chantre de la réconciliation nationale. Et aurait même mis en mission certains de ses thuriféraires dont les députés qui se sont fait le relai de cette cause qu’il adore tant. Bref ! A côté de lui, il ya l’ex-dégé de la Douane Gnamien Konan dont le costard serait trop gros ou trop serré c’est selon, pour occuper un poste ministériel ; puisqu’il ne s’y est jamais senti à l’aise, ou on ne l’y aurait jamais accepté. Qui s’est aussi fait un apôtre de la réconciliation nationale. Un mot cher aux Ivoiriens, toutes tendances confondues. Il ne se passe même un jour sans qu’il n’abonde dans ce sens, et lance des piques à nos fameux hommes politiques qui ont tenu les rênes du pays et qui jusque-là, ont tout à tort ou à raison, eu des bilans mitigés. En effet, dans cet élan macronique , «le président démissionnaire de l’Union pour la Côte d’Ivoire (UPCI), le parti dont il a été le fondateur, l’ex ministre Gnamien Konan a annoncé dimanche, à Grand Yapo, département d’Agboville, sa volonté de créer un autre mouvement plus sain dont la vocation devrait être orientée davantage vers la recherche de la paix et du bien-être d’autrui. En sa qualité d’invité d’honneur du Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (COJEP), dans le cadre du démarrage effectif de l’opération ‘’CPI ça suffit’’ pour la libération de Gbagbo et Blé Goudé et des prisonniers politiques, Gnamien Konan a levé un coin de voile sur sa démission, faisant allusion à ‘’des oiseaux noirs qui se seraient introduits dans son parti’’. Estimant que la classe politique actuelle, imbue du pouvoir est incapable de se surpasser pour susciter une paix durable en Côte d’Ivoire, afin de répondre à l’aspiration de la majorité des ivoiriens, il se propose de faire la politique autrement mais avec un peu de recul. Il n’est pas normal, a-t-il dit, que dans un pays comme le nôtre, la politique conduise à la guerre qui est sans issue. Les ivoiriens veulent la réconciliation et la paix. Toute chose qui passe aussi par la libération de Gbagbo Laurent, Blé Goudé et des autres prisonniers politiques.» («AIP» 12/6). On voit déjà qu4emmanuel Macron a des adeptes en Côte d’Ivoire ! Seulement que le peuple ivoirien qui n’est pas niais on l’espère, saura distinguer le bon grain de l’ivraie…

KONE ADAMA

Commentaires Facebook