Ivoiregnerie.com publie avec l’accord de Kyria Doukoure (l’auteure), cette contribution dans laquelle elle démonte avec une aisance sans précédent les insuffisances et incongruités du régime d’Abidjan. Démocratie, libertés publiques, corruption sont au menu !

Certains m’accusent de propager la haine. Dans leur esprit tordu, critiquer un pouvoir, c’est systématiquement répandre la haine. Ils ont déifié les politiques au point de croire qu’ils ont la science infuse.

Je savais qu’étant un affairiste notoire, M. Ouattara ne mettrait pas fin à la corruption et qu’il n’avait pas non plus les moyens de résoudre tous les problèmes de notre pays. Je savais même qu’il ne tiendrait pas toutes ses promesses. De belles choses ont été faite et le bilan n’est pas totalement à rejeter. Par exemple, au niveau des infrastructures, il y a eu de belles avancées même si j’aurais préféré que ce ne soit pas l’occasion de grosses surfacturations saupoudrées de marchés de gré à gré. 

Ma plus grosse déception reste cependant son rapport à la démocratie. Je me disais que M. Ouattara est un homme raffiné ayant beaucoup voyagé dans le monde et sachant par conséquent ce qu’est la démocratie. Je me disais qu’un individu ayant subi autant d’injustices ne pouvait se faire le complice de reculs démocratiques. Alors, je ne m’attendais pas à ce qu’il nous offre une démocratie à l’occidentale mais j’étais en droit d’espérer qu’il nous lègue une plus grande liberté d’association et d’expression. Qu’il nous lègue des institutions solides. Qu’il combatte férocement la corruption et le clientélisme. En un mot, qu’il nous fasse entrer dans la modernité. 

 Qui peut raisonnablement affirmer aujourd’hui que nous avons gagné en liberté ? Il suffit de regarder la scène politique pour s’apercevoir que la démocratie est en souffrance. À l’approche de la présidentielle de 2020, tous les ivoiriens ont peur car ils craignent le chaos. Qu’est ce qui a changé comparativement à 2010. Au moins en 2010, on savait qui avait les armes. Quel ivoirien peut dire qu’il n’a pas peur relativement à ces élections ? Tout le monde redoute le pire du fait de la simple volonté de M. Ouattara d’user de tous les moyens pour garder son clan au pouvoir afin de pérenniser le système d’enrichissement illicite. D’ailleurs, 84 sociétés seront privatisées ou l’État va céder ses parts. Je suis bien curieuse de connaitre le nom des acheteurs et ceux qui les mettent en mission. Je mets ma main au feu que les acquéreurs seront des hommes du système.

Parlons des acquis démocratiques. M. Ouattara vient de déclencher la chasse aux députés. Sans préjuger de la culpabilité des uns et des autres, je voudrais poser une seule question : peut-on refuser d’installer un conseil municipal au prétexte qu’un membre est poursuivi en justice ? Un conseil municipal, c’est 50 personnes je rappelle. Mais allons plus loin, est ce que l’exécutif est légitime pour poursuivre des députés ? 

Si M. Ouattara aime tant la justice, pourquoi il n’a pas installé la haute cour de justice prévu à l’article 156 de notre constitution et qui dispose qu’elle est compétente pour poursuivre le président de la République, le vice-président et les membres du gouvernement pour les crimes commis dans l’exercice de leurs fonctions ?  Le pourvoir exécutif n’a pas installé cette cour pour ne pas être poursuivi alors de quelle légitimité dispose-t-il pour poursuivre les membres du pouvoir législatif ?

Il faut le dire de but en blanc : M. Ouattara est une déception pour les libertés individuelles et publiques. Le spectre de la guerre qu’il fait planer sur les ivoiriens à l’approche de 2020 contribuera à coaliser contre lui toutes les forces vives de la nation. La génération à laquelle j’appartiens veut plus de liberté et de démocratie. En attendant, avec l’artiste Amaral, chantons : « Ils nous ont menti héeee.. »

Une contribution de Kyria Doukoure

NB : Le chapeau est de la Rédaction

Commentaires Facebook