Biya va sûrement ( ?) rempiler pour un énième mandat au Cameroun. Nous sommes en démocratie et cela, je n’ai rien contre. Par contre cela m’emmène à me poser une question: sommes nous prêts nous Africains à un renouvellement de la classe politique ? Cette question, chaque Africain devrait se la poser. Cela parce que nous sommes tous concernés. Que des jeunes qui représentent l’avenir du Cameroun appellent à voter un octogénaire est symptomatique de ce qui se passe généralement sur le continent. Moi je dirai plutôt que nous sommes victimes de notre propre prison mentale: la peur de faire mieux que celui qui est au pouvoir. Et pourtant nous sommes nous jeunes, l’avenir du continent. Il va falloir qu’on se retrousse les manches un jour ou l’autre. Seul Dieu reste inamovible. Tous ces hommes qui ont donné à leur pays et à l’Afrique en général s’en iront tôt ou tard. Mais je crois qu’ils aimeraient voir en face d’eux des audacieux. Des hommes et femmes qui seraient capables de tresser de nouvelles cordes au bout des vieilles qu’eux comptent laisser. Et non des laudateurs qui passeraient le clair de leur temps à leur dire de continuer de tresser éternellement des cordes. Je suis quand même triste de voir qu’en Côte d’Ivoire aussi, nous soyons tous (enfin presque) accrochés à des leaders qui ont fait leur temps et qui intérieurement, ne demandent qu’a être remplacés par une nouvelle et audacieuse génération. Bédié laissera le PDCI en héritage à des jeunes capables de faire mieux que lui. Sinon les courtisans, ce n’est pas ce qui manque. Ensuite, Gbagbo à sa sortie de prison aimerait trouver (c’est mon avis) des jeunes qui continueront son combat politique et non ceux qui ne se sont bornés qu’à sa libération. Nous devrions tous assumer les erreurs politiques des leaders car nous refusons de nous affirmer et donc de leur faire entendre raison. Ils ne sont que des hommes avec leurs qualités et défauts. Nous avons tous un rôle à jouer. Évitons de nous cacher éternellement derrière des leaders. Soyons aussi les leaders de demain. Et demain c’est maintenant que ça se prépare. Que vive l’Afrique !

KOUADIO PAUL DE YOPOUGON

Commentaires Facebook