Le lundi 28 août et le mardi 29 août 2017, le témoin de la CPI lors du procès à l’encontre de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé était Digbo Foua Mathias. Lors de son interrogatoire par le bureau du procureur, ce dernier a évoqué le nom de « Marie-Claire » qui de toute évidence est un collègue du témoin. Dans « De l’enfer, je reviendrai », livre dont l’avocat de Charles Blé Goudé, Maître Séri Zokou n’a cessé de clamer sur tous les plateaux de télévision qu’il l’avait écrit suite aux entretiens qu’il eut avec son client et ami, le même nom est cité en page 117 :

« Je me souviens aussi de Marie-Claire. Ne vous y méprenez pas, Marie-Claire n’est pas une jeune fille. C’est le sobriquet que les policiers de la DST ont donné à Damana Adia, dit « Pickass », un proche compagnon de lutte: nous faisions partie du même bureau exécutif lorsque Guillaume Soro était le secrétaire général de la FESCI. Les policiers trouvaient que le teint clair de la peau de Pickass mettait bien en exergue les blessures et autres cicatrices suite aux bastonnades qu’ils nous infligeaient régulièrement. Une pratique courante de la police ivoirienne. Elles faisaient partie intégrante de la panoplie de mesures répressives dont les forces de l’ordre usaient et abusaient à l’égard des militants de l’opposition et des syndicalistes que nous étions. Ces cicatrices, se rejouissaient-ils, seraient la marque d’un travail bien fait que pourrait récompenser leur hiérarchie. Quant à moi, ils trouvaient que j’avais «une peau de pachyderme», parce qu’elle ne laissait paraître aucune trace… »

Bien que Maître Séri Zokou fut chargé de mener le contre-interrogatoire pour l’équipe de défense de Charles Blé Goudé, il ne revint pas sur les propos du témoin. Si l’avocat du Ministre de la jeunesse de Laurent Gbagbo est bien l’auteur de ces lignes, à moins que beaucoup d’acteurs de la crise en Côte d’Ivoire aiment se faire appeler « Marie-Claire », il fut contredit par ce témoin. A l’époque de la sortie du livre, personne à la FESCI n’avait jamais entendu que Damana Adia dit « Pickass » avait pour surnom « Marie-Claire ». Par contre, ce nom revenait souvent comme l’instigateur des attaques de casernes en 2012.

Il semble que les dirigeants de la FESCI soient d’indécrottables adeptes de Machiavel.

Commentaires Facebook