Les Ivoiriens se rappellent du très cher concept d’Ivoirité qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive en Côte d’Ivoire. Le dictionnaire en ligne « Wikipédia » indique que «Le concept d’ivoirité est apparu en 1945 à Dakar, avec des étudiants ivoiriens. Il réapparaît avec Henri Konan Bédié en 1994 dans un contexte de crise économique. L’ivoirité se manifeste par des appels à l’élan national via des spots publicitaires (radio, affichage public, télévision et journaux de presse) avec un slogan simple : « Consommons ivoirien » le message se veut clair et simple.» Il se voulait en tout cas simple, mais n’a pas manqué de créer des polémiques entre ses concepteurs et ses pourfendeurs qui y voyaient un signe distinctif entre nationaux d’un même pays, la Côte d’Ivoire. Et la suite, on la connait… Bref ! N’empêche qu’après cette polémique, besoin était de se retrouver auprès de valeurs communes. Et c’est dans cette quête perpétuelle d’une identité nationale qui ne souffrira d’aucun soupçon, que l’enseignant chercheur en lettres modernes, Pr To Bi Emmanuel propose aux ivoiriens en particulier aux hommes politiques ‘’l’Ivoironie’’. Qui est pour lui «un nouveau concept culturel et apolitique qu’il a trouvé pour, selon-lui, contribuer au développement de la Côte d’Ivoire à travers la valorisation des atouts culturels.» («AIP », 7/6) Attardons-nous un peu plus sur les arguments développés par notre universitaire, toujours à travers le même confrère : «l’Ivoironie est un coffret, un kit, un paquet de tout ce qui valorise la côte d’Ivoire et l’Ivoirien. L’Ivoironie n’est pas une langue, mais c’est plutôt le règne d’une mentalité et l’expansion d’un état d’esprit, celui d’un citoyen d’Afrique et d’Afrique de l’Ouest. Par Ivoironie, il faut entendre un concept moteur, fédérateur de tous les ingrédients de divers ordres importants à la côte d’Ivoire et à l’Ivoirien, a-t-il expliqué. Par ailleurs, il souligne que l’Ivoironie est ‘’tout ce qui peut faire fleurir le cœur de l’Ivoirien au point de le rendre pacifiste’’, contribuer à la culture de l’amour et à la réconciliation. Car, note-t-il, ‘’aucun développement ne peut se faire sans être encadré par un concept culturel, un label culturel médiatique’’. L’Ivoironie cherche avant tout à unir les ivoiriens et ivoiriennes autour des valeurs que nous avons en commun». On aurait dit un dithyrambe en faveur de l’ «ivoirité», comme aimaient à l’exposer ses créateurs. Mais comme l’américan et l’ «english way of life», souhaitons bon vent à ce concept! Tout en espérant qu’il ne soit pas ivoiritaire, comme son prédécesseur…

KONE ADAMA

Commentaires Facebook