Au CHU de Bouaké, et à l’Institut de cardiologie d’Abidjan la colère qui couvait à cause des conditions de traitement, gagne du terrain. En effet, les agents de l’institut de cardiologie (ICA) situé dans l’enceinte du Centre Hospitalier Universitaire de Treichville, manifestent depuis le 12 septembre dernier et ce jusqu’à aujourd’hui comme l’a constaté sur place par KOACI.COM «sans le service minimum pour protester contre la direction qui aurait fait une mauvaise répartition de leurs primes».

Raison principale de ce débrayage, «la non application du décret n°93-219 du 3 février 1993, portant création d’une indemnité particulière en faveurs des personnels des établissements sanitaires ; l’arrêté interministériel N°249 du 13 septembre 2000, déterminant les modalités d’applications dans les EPN sanitaires de l’indemnité particulière en faveur des personnels , le statut accordé au CES en qualité d’élèves stagiaires ,tel que stipulé dans le journal officiel de la République en date du 14 septembre 2015 en ses articles 13 alinéa 11 et 12, donc non fonctionnaires et le retrait systématique des émoluments de professeurs dans le calcul de la prime 2016… ». Autre décor, même revendications pécuniaires ; on est cette fois-ci, à Bouaké. Le personnel y est en grève. Alors qu’à l’ICA c’est la mauvaise répartition des primes qui pause problème ici, c’est le fonds qui manquerait le pus. Puisque ces agents à bout de nerfs s’insurgent contre le «(I) non payement des primes de gratuité de 2012 et 2016, et (II) mauvaise hygiène hospitalière.» sur le second point des revendications, il faut noter que le personnel technique en charge de l’entretien du CHU (Techniciennes de surface) a un arriéré de salaire de neuf mois. Ce personnel est entré en grève depuis bientôt 2 semaines. Du coup, les bureaux, les salles d’hospitalisation et de consultation ne sont plus entretenues. La Direction Générale du CHU par une note de service a demandé aux Aides-soignants d’assurer l’entretien des locaux. Comme s’ils en avaient l’expertise, et le doigté nécessaires ! bien entendu c’est une fin de non recevoir qu’ils adressent à la Direction. ICA et CHU de Bouaké : une situation chaotique, pour le bonheur des malades ?

KONE YAO

Commentaires Facebook