Le payeur général du Trésor public, Abdoul Kader Cissé a nié récemment, tout arriéré de dette de l’Etat envers les fournisseurs en Côte d’Ivoire. Ce qui amène à des interrogations légitimes. En effet pour ce dernier, «le paiement des factures est une priorité pour l’Etat. Il n’y a pas d’arriérés au niveau du Trésor. Ce qui existe, ce sont les passifs». Distinguons simplement entre les notions d’arriérés, et de passif. Les arriérés c’est ce qui reste dû, impayé ; quand le passif en comptabilité générale, désigne les ressources dont dispose l’entreprise. Ici, l’Etat. Il figure au bilan. Le détail du passif montre d’où proviennent les ressources de l’entreprise, qui permettent de financer l’actif. C’est dire que notre payeur général choisit d’assimiler l’Etat à un Etat ou à une entreprise, selon ses intérêts. Le Trésor n’a pas d’arriérés, mais ce qui existe ce sont des passifs de l’Etat de Côte d’Ivoire. Comme si ce Trésor n’est pas un démembrement de l’Etat de Côte d’Ivoire! «L’Etat fait beaucoup d’efforts ces dernières années pour payer les passifs. Il y a un plan d’apurement de 70 milliards FCFA pour les écoles privées qui est en cours et un autre dans le domaine de la salubrité » a-t-il ajouté. Mais qu’en est-il des fournisseurs envers qui l’Etat a un passif depuis des lustres ? Le Trésor devrait-il payer des dettes et en laisser d’autres ? Si ce n’est pas cela utiliser la politique de l’autruche, c’est que notre payeur général est très habile dans le maniement de la langue de Molière, selon ses intérêts!

KONE KOUAKOU

Commentaires Facebook