Depuis le matin du 14 septembre, il y a une grève de taxis communaux à Bonoua. La raison, des conducteurs de taxis de la région affirment qu’ils se sont vus interdire d’exercer cette profession dans la ville voisine de Bassam. En riposte donc, ils enjoignent aux allogènes qui leur ont imposé de ne plus conduire à Bassam, de ne plus en faire autant dans leur ville qui est Bonoua. Cela pose donc un problème de cohésion sociale entre ces différentes catégories d’ethnie installées dans cette région. Vivement un retour au calme, pour le bonheur des usagers!

KONE YAO

Commentaires Facebook