Philippe Mangou livre son expérience de la crise post-électorale en tant que Chef d’Etat-Major des Armées. Ce mardi matin, il a fustigé la gouvernance de Laurent Gbagbo dont l’incompétence a sabordé de l’intérieur l’armée qu’il dirigeait. Il a déploré la disparition de 5 milliards de FCFA destinés à financer les minutions de l’armée qui ont manqué pour pouvoir protéger les populations dont ceux de sa communauté ébriée d’Anonkoua Kouté.

Philippe Mangou a expliqué avoir tenté en vain de convaincre le Président Gbagbo dès le début du mois de mars 2011 de démissionner pour sauver un maximum de vies humaines sur le constat que l’armée n’avait plus les moyens de défendre les populations. L’ancien Président, sans aucune considération pour le sort de la population et de la réalité du terrain, jugera dès lors l’ancien Général comme un traître à sa cause et ce dernier dut ruser pour sauver sa vie et celles des membres de sa famille de mystérieuses attaques à son domicile.

L’ancien CEMA a révélé que dès 2007 les accords de Ouagadougou négociés par Désiré Tagro et Konaté Navigué avaient mis l’armée officielle en porte à faux par rapport à la rébellion et que jusqu’en 2011 les décisions ubuesques des proches collaborateurs de Laurent Gbagbo n’ont cessé de l’affaiblir.

Commentaires Facebook