La huitième édition des Jeux de la Francophonie s’est tenue du 21 au 30 juillet 2017, en Côte d’Ivoire, à Abidjan. A cet effet, après le retard constaté dans l’organisation de cet évènement, un Ministre temporaire Auprès du Président de la République Chargé Des Jeux Francophonie a été nommé, en la personne du gouverneur du district d’Abidjan, Robert Beugré Mambé, qui a rivalisé alors avec le Ministre de la culture et de la francophonie, Maurice Bandaman, pour le titre du Plus Grand Fayot de la République. Robert Beugré Mambé, devenu ministre temporaire des Jeux de la Francophonie, devait mettre le pied sur l’accélérateur afin que les sites soient fin prêts pour accueillir ce grand évènement à temps. Ainsi, comme c’est presque de coutume des marchés gré à gré auraient été octroyés.

Cela n’aurait pas été le cas cette fois-ci pour le SNEDAI d’Adama Bictogo, même s’il s’est taillé une part « léonine » (12,5 milliards F CFA). Selon la direction de la communication du groupe de construction « le groupement SNEDAI – GETRAN a été retenu en raison de son offre financière et technique cohérente et mesurée. Trois milliards neuf cent soixante-six millions six cent quatre-vingt-treize mille deux (3 966 693 002) FCFA pour le lot 1, et quatre milliards cent vingt-neuf millions quatre cent soixante et un mille trois (4 129 461 003) FCFA pour le 2ième lot. Le montant global des travaux est donc évalués à Huit milliards quatre-vingt-seize millions cent cinquante-quatre mille cinq (8 96 154 005) FCFA. Pour les mêmes travaux l’autre entreprise proposait un montant deux fois plus élevé » Bref ! On dit merci qui ?

Bisbilles entre le Ministère de la culture et de la francophonie de Maurice Bandaman et le District d’Abidjan de Robert Beugré Mambé !

La bibliothèque nationale de Côte d’Ivoire (BNCI) est l’un des sites retenus pour abriter les activités des VIIIes Jeux de la Francophonie. Elle a été rénovée et aménagée pour abriter le concours des arts visuels (Peinture, photographie…) et de littérature. Ainsi, les livres et autres matériels ont été stockés dans d’autres endroits. Ce, pour adapter l’espace à l’évènement. Mais depuis la fin des Jeux de la Francophonie, une grosse cacophonie s’est installée entre le ministère de la culture et de la francophonie de Maurice Bandaman et de la francophonie et le District d’Abidjan dont le gouverneur, Robert Beugré Mambé, était donc le ministre temporaire Auprès du Président de la République Alassane Ouattara Chargé Des Jeux Francophonie.

Les deux entités se rejettent mutuellement la responsabilité en ce qui concerne le re-rangement des livres dans la bibliothèque. Le ministère de la culture et de la francophonie estime que c’est au district d’Abidjan qui a procédé via le ministère temporaire de Robert Beugré Mambé à l’enlèvement des livres qu’il revenait de les remettre. Le district d’Abidjan à son tour ne veut pas l’entendre de cette oreille. Il estime qu’il a plutôt rendu un émergent service au Ministère de la culture en donnant une cure de jouvence à cette bâtisse, don de l’État du Canada, qui a vu sa première pierre posée le 9 mars 1971 par Mitchell Sharp, Secrétaire d’État canadien aux Affaires Étrangères, suite à une convention entre les deux États en novembre 1970 et inaugurée le 9 janvier 1974 par Feu Félix Houphouët-Boigny.

10 mois après la fin de la huitième édition des Jeux de la Francophonie à Abidjan le 30 juillet 2017 et sa pluie de milliards, la Bibliothèque Nationale de Côte d’Ivoire BNCI, l’une des rares qui existe en Afrique, n’est pas fréquentée pour absence de livres due à des querelles byzantines entre deux entités administratives, le ministère de la culture et de la francophonie de Maurice Bandaman et le district d’Abidjan de Robert Beugré Mambé. Les sentinelles s’attèlent à garder les murs et ne pas laisser pénétrer des lecteurs pour y vadrouiller.

Si vous avez l’amabilité de les interroger, ils vous servent en rang serré, la loi de l’omerta.

 

Commentaires Facebook