A l’Agence Emploi jeunes, la sérénité n’est pas de mise. Et rira bien qui rira le dernier, semble dire la Direction aux agents. Et depuis ce 20 septembre, des mesures drastiques ont commencé à être prises. Tout d’abord tous les chefs d’antennes régionales avaient été demis, et remplacés aussitôt. Seulement 5 sont restés à leur poste et pour le reste ce sont des fortunes diverses puisque soit mutés, ou ayant pris d’autres destinations ? Ensuite il y a eu une demande d’explication à quasiment tout le personnel. La couleuvre que ne pourront certainement pas avaler ces grévistes récalcitrants, c’est que depuis ce mercredi, certains fonctionnaires ont commencé à être mis à la disposition de la Fonction publique, avec effet immédiat. Pour les contractuels, ce sera certainement une autre paire de manche, eux qui ne savent à quel saint se vouer, une fois partis de l’Agence. La grève est sûrement du pain béni pour la Directrice des moyens généraux de dégraisser son personnel des employés têtus, puisqu’elle n’avait de cesse de répéter à qui voulait l’entendre que s’ils ne s’y sentaient pas bien, ils n’avaient qu’à aller se faire voir ailleurs…

Quel paradoxe pour une agence dont l’objectif originel était de réduire le taux de chômage en Côte d’Ivoire au niveau de la jeunesse et qui plutôt s’emploie à relever ces statistiques déjà assez en déphasage avec les ambitions d’émergence!

KONE YAO

Commentaires Facebook