Après Bredoumy Soumaïla, Directeur général de la production et de la sécurité alimentaire, c’est au tour du vice-président national du Conseil National de la Jeunesse de Côte d’Ivoire(CNJCI), par ailleurs présidents régional CNJCI du Gontougo et départemental de Koun-Fao, de subir le courroux de Kobenan Kouassi Adjoumani. De quoi s’agit-il ?

Après sa victoire controversée et contestée par ses adversaires, celui qui se fait appeler « l’éléphant du Zanzan » ou « Touloh », essaie de couper les têtes pour avoir plus de tranquillité. Ainsi juste après les élections, du 13 octobre 2018, Bredoumy Soumaïla (délégué PDCI et fidèle à Henri Konan Bédié) fut éjecté de son poste de Directeur général de la production et de la sécurité alimentaire sur pression de Adjoumani. Son péché : n’avoir pas soutenu Kobenan Kouassi Adjoumani, candidat RHDP au Conseil régional du Gontougo.
Au niveau du Conseil national de la jeunesse de Côte d’Ivoire (CNJCI), le vice-président Souahibou Ouattara est purement, lui aussi, remplacé par le poulain d’Adjoumani, Edouard Kossonou. Lequel avait été battu lors des élections locales de la CNJCI par Souahibou Ouattara. Mais cette nomination au « forceps » ne cesse de livrer ses secrets.

Retour sur l’idylle « brisée » entre Adjoumani et Ouattara

Au commencement Souahibou Ouattara devrait- être candidat après son élection en tant que délégué régional contre Edima N’guessan Emmanuel au plan national. Adjoumani était prêt à financer son ex-filleul contre Edima. Mais Souahibou Ouattara se retire après un accord secret avec Edima pour le poste de vice-président. Un retrait qui se justifiait par le fait que tous les deux étaient issus du PDCI-RDA et membres de la jeunesse de ce parti. Souahibou est donc le directeur de campagne de Edima. La victoire est de leur côté et le poste de vice- président est revenu officiellement à Souahibou Ouattara le 03 avril 2018.

 

Elections et hop !

Finies les élections du samedi 13 octobre 2018. Souahibou Ouattara s’affiche avec Dr Sonan, un des adversaires de Kobenan Kouassi Adjoumani, durant toute la campagne. Le 15 octobre 2018, retour sur Abidjan. Edima demande à voir en urgence son vice-président Ouattara Souahibou. Ainsi, le mardi 16 octobre 2018, le président et son vice se rencontrent et effectuent ensemble un voyage sur Agboville, (région natal du président Edima). Une fois revenu sur Abidjan, ils font le tour d’horizon et scrutent ensemble l’avenir du Mouvement. C’est en ce moment qu’Edima annonce au-vice-président qu’il devrait abandonner son poste de vice-président. Et qu’il devrait le faire pour rassurer le RHDP et faire croire à l’opinion que le CNJCI est avec le Pouvoir et pour le Pouvoir. Et ce, pour ne pas s’attirer des ennuis. Mieux, que le mouvement serait apolitique. Parce que faire la politique sous ce gouvernement c’est être opposé à lui ? (Sic !). Mais le hic dans l’affaire c’est qu’Edima N’guessan est lui-même sur la liste RHDP du Conseil régional de l’Agneby-Tiassa avec Dimba Pierre. Bref ! Ces arguments « magmas » d’Edima N’guessan, ne tiennent pas la route. Ils s’écroulent comme un château de carte au moindre passage d’un soupçon de vent. Le président de la CNJCI n’a pas simplement pu résister aux multiples pressions du ministre Kobanan Kouassi Adjoumani de chasser du bureau national, un élément « incontrôlé ». Et comme un crime n’est jamais parfait, Edima n’a pas pu trouver une autre « personne ressource » que le filleul du ministre Adjoumani qui ne cesse de faire les éloges du ministre et qu’il présente comme son « Papa ». Edouard Kossonou ne s’en cache pas du tout.

Le bureau du 02 novembre 2018 avec la nomination au forceps de Édouard Kossonou

Edima utiliserait-il le Bureau national du Cnjci comme un laboratoire de règlement de compte des politiciens avec les leaders de jeunesses qui sont opposés à eux dans leur région ? Le samedi 2 novembre 2018, en partance pour Tabagne pour l’Adayé Kessie, il a publié le nouveau bureau pour le présenter à Adjoumani comme un trophée de guerre. Un cadeau certainement pour la fête des ignames à Adjoumani, désormais empereur dans le Gontougo avec l’appui de Gon dans le Gon-touloh, pardon Gontougo!

la nomination de Edourad Kossonou, un cadeau pour la fête des ignames à Adjoumani. Edima visiblement heureux …

Commentaires Facebook