Guillaume Soro est taxé par des inconditionnels de la case de ne pas avoir de position clairement affichée vis-à-vis du pouvoir. De même que certains Gbagbo ou rien (GOR) et même du PDCI ne savent pas sa position face au problème politique actuel. Il est officiellement du RDR, rame à contre courant des positions du parti, drague les anciens et nouveaux fescistes, lorgne vers son ‘’père’’ Bédié, sans oublier qu’il est très proche du Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (RACI) dont bon nombre de membres sont proches du FPI. Difficile, tout cela! A tel point qu’il est obligé d’avoir à portée demain son frein, pour pouvoir ralentir sa marche à chaque fois qu’il irait trop vite. Ses sorties du pays font jaser, mais il revient à chaque fois sans tambours ni trompettes, au gré de ses calculs politiques et politiciens. Il n’a aucune position en somme, mais a des positions qui vacillent au gré de la donne politique du moment, parce que l’essentiel pour lui c’est de rester aux antipodes des visions tranchées, tout en arrivant à temps en appuyant sur l’accélérateur pour être au bon endroit, au bon moment. Mais pour l’heure c’est son mutisme face à l’élection municipale à Abobo, qui créé des vagues. C’est un secret de polichinelle que de savoir que le challenger du ministre de la Défense à Abobo Koné Tehfour est l’un de ses sbires. Mais il n’a jamais clamé publiquement son soutien à ce dernier, sinon que sous cape ( ?!) Il était attendu pour un soutien public lors du dernier meeting de clôture de Koné Tehfour à Abobo, mais s’est -comme d’habitude- vite ravisé. C’est que selon des indiscrétions, il aurait été enjoint s’il voulait se déclarer publiquement, d’apporter sa candidature au Golden boy du RDR, ou de la fermer. Parce qu’il aurait par un tel acte, défié toute les oligarques dont chacun a une chambrée dans la case verte y compris même, le chef de la concession. Eh bien autant se calmer, puisqu’on ne sait de quoi sera fait demain! A cette occasion, il devrait même annoncer sa sortie du RHDP unifié pour rallier la grande coalition des opposants au pouvoir. Ce que certainement, on ne lui aurait pas laissé faire, sans qu’il n’y perde des plumes. Pour l’heure il a sa calculette en mains, scrutant toujours l’horizon. Avec ce que tout cela comporte comme intempéries qui pourraient lui retomber dessus à l’improviste. Et voilà ce qui arrive en politique quand on veut toujours avoir une position mitigée, puisque l’on a vite fait de rater le départ du train, alors qu’on l’attendait en gare depuis des heures!

 

KONE YAO

Commentaires Facebook