Les luminaires se sont éteints sur les élections sénatoriales le 24 mars 2018, avec une victoire des candidats RHDP. Dans le Gontougou où il n’y avait aucune opposition, les deux sénateurs ont été élus avec un score de 178 voix, un pourcentage de 100% et un taux de participation de 78,05%. Ainsi Moïse Yao Kouman et Souleymane Touré représenteront la région du Gontougo au « fameux » sénat. Toute chose qui suscite déjà une joie indicible chez les élus.

Mais Dr Moïse Yao Kouman, après 28 ans à la tête de la commune de Tanda et éjecté en 2013 par le jeune Amadou Koné dit Amed Le King Koné, va démontrer sa loyauté et sa reconnaissance à Kobenan Kouassi Adjoumani, le dimanche 25 mars à Amanvi, avec une énergie débordante qu’il n’a pas pu déployer à la tête de la commune de Tanda durant ses 28 ans de règne. Tout le quartier Koulango de Tanda a été mobilisé avec des cars gratuits mis à sa disposition. Quelle chance !

Faisons connaissance avec nos deux élus…

Si certains observateurs affirment que le sénat est « un garage pour politiciens rassasiés et frustrés » lors des élections précédentes, ils n’ont pas totalement torts. Les profils des deux élus du Gontougo sont édifiants.

En effet, Dr Moïse Yao Kouman, Maire de Tanda sans discontinuité pendant 28 ans, est subitement devenu un grand défenseur du PDCI-RDA après avoir été poussé vers la sortie par le « jeune » Amadou Koné. Depuis ce temps, son engagement en tant que délégué départemental PDCI s’est accru, atteignant une vitesse de croisière jamais égalée. Etait-ce en prélude aux sénatoriales ? Dr Moïse Yao Kouman est sénateur de la République. Vive le sénateur Moïse !

Son colistier, Souleymane Touré, ex-député de Bondoukou et ex-vice-président de l’Assemblée nationale (2011-2016) s’est vu dans l’obligation de se retirer après un seul mandat au profit de Mamah Diabagaté, une autre ponte du même parti que lui : le RDR. Ce retrait stratégique de Souleymane Touré se justifierait par un positionnement de Mamah Diabagaté afin qu’il obtienne un post qui lui garantira une immunité parlementaire et un point de chute après des émergents exploits à la Caisse d’épargne (Ex-CECP). Souleymane Touré comme sénateur, un retour sur investissement…

Commentaires Facebook