Le gardien du temple FPI pro Gbagbo, a animé une conférence de presse ce 11 septembre, pour s’insurger contre la récente décision du Président de la République de ne pas reformer la CEI. Voici la quintessence de son propos : «Le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, vient de renier avec désinvolture, comme c’est son habitude, sa parole donnée. Un mois après la déclaration de refonte de la CEI tenue le 06 Aout 2018, Il renie sa parole donnée. C’est en réalité un véritable revirement spectaculaire. Il dit une chose et son contraire. Pourquoi décide-t-il d’humilier la Côte d’Ivoire sur la scène internationale ? A t’il peur ? Que veut-il réellement à la Côte d’Ivoire ? Et comment compte-t-il s’en sortir ? Aurait-il peur de se retrouver sur la scène ivoirienne face au FRONT POPULAIRE IVOIRIEN ? Ouattara fait la danse de la mante religieuse. Il a libéré Madame SIMONE GBAGBO et nos autres camarades. Il avait commencé un élan et le FPI était prêt à l’accompagner dans cet élan. Nous étions satisfaits. Et subitement il renie sa parole. Peut-on demander encore aux exilés de rentrer ? Peut-on avoir confiance en lui encore ? Nous nous interrogeons. Le FPI est un parti des élections. Le Boycott est vraiment une exception. Nous irons aux élections et nous nous donnerons les moyens pour que la CEI soit reformée. Nous appelons au rassemblement des forces et appelons nos militants à se tenir prêts pour les mots d’ordre à venir. Ouattara est venu sans le suffrage du peuple c’est pour ça que le fauteuil brûle aujourd’hui. GBAGBO a eu le suffrage du peuple c’est pour ça jusqu’aujourd’hui on parle encore de lui. NOUS GAGNERONS CETTE BATAILLE.» Pouvons nous lire comme retranscription de certaines de es paroles via cette conférence de presse retransmise en directe via les réseaux sociaux.

De mémoire d’Ivoiriens, depuis l’accession de Ouattara au pouvoir, c’est une action forte que veut lancer l’opposition pour faire plier Ouattara. On se rappelle que l’EDS avait essayé de rassembler l’opposition pour une plate forme anti Ouattara qui par son ballet diplomatique a permis de mettre la pression pour une libération des prisonniers politiques. Dès à présent, cette opposition veut e mettre en ordre de bataille pour des conditions réunies pour toutes les élections qui se dérouleront en Côte d’Ivoire. Le PDCI quant à lui-même s’il s’est clairement retiré du projet RHDP unifié, même s’il décrie les décisions du parti au pouvoir, continue toutefois, de le faire diplomatiquement, comme s’il était toujours dans la mouvance présidentielle. Peut-être que ce réveil même tardif d’Aboudrahamane Sangaré et les siens, pourra un temps soit peu faire bouger les lignes politiques en Côte d’Ivoire, et emmener à des élections apaisées, faisant baisser la tension actuelle. Comme rien n’est encore entrepris et qu’on n’est pour l’instant qu’au stade des déclarations, attendons de voir !

KONE YAO

Commentaires Facebook