13 Mars 2012-21 Novembre 2012. Il aura passé exactement huit mois à la tête du gouvernement. L’un des premiers ministres au plus court séjour à la Primature dans l’histoire politique de la Côte d’Ivoire. Bref ! Dans la foulée, juste après sa nomination conforme à une promesse de campagne de Alassane Ouattara à son grand allié, lors de la présidentielle de 2010, Ahoussou-Kouadio, ancien ministre de la Justice, a remplacé à ce poste Guillaume Soro, élu la veille nouveau président de l’Assemblée nationale ivoirienne. « Je mesure l’ampleur de la tâche, la portée politique de ce geste » a déclaré Kouadio-Ahoussou, après sa nomination, dans l’euphorie, devant la presse. Mais sans compter avec la détermination du chef de l’exécutif de le réduire à sa plus simple expression. Il va voir son budget de fonctionnement diminuer de moitié. Mais malgré cela, Jeannot Ahoussou-Kouadio semblait chanter le refrain, « Ça va aller ». Rien ne changea pendant ses huit mois passés à la Primature où Alassane Ouattara le qualifiait d’incompétent, en petit comité. Les ministres avaient un respect quasi sacro-saint pour le ministre d’État, ministre de l’intérieur d’antan, Hamed Bakayoko. Certains d’entre eux (les ministres) s’adressaient directement à Hamed Bakayoko sur des questions et dossiers qui devraient être soumis au Premier ministre. Ce dernier se permettait de les remonter à la Présidence sans consulter le Premier ministre.

Ce petit rappel historique de Ouattara à JAK

Juste après sa nomination, Jeannot Ahoussou-Koaudio a été reçu par Ouattara. Au cours de cette audience, le président de la République s’est permis de lui faire un petit rappel. Selon notre source, Alassane Ouattara lui brandit une copie du mandat d’arrêt international lancé contre lui par Henri Konan Bédié. Histoire de lui faire un petit rappel historique avec un rictus de plaisir narcissique sur le visage. Et d’ajouter, in fine, que cela relève du passé. Mais avec ce rappel, en connaisseur des usages en politique, Jeannot Ahoussou-Kouadio avait compris que son séjour à la Primature n’allait pas être de tout repos. Résultat: 8 mois ont suffi pour qu’il soit éjecté comme incompétent. Pourtant il criait que tout allait bien !

Commentaires Facebook