Voici à peu près ce que le Président va dire à la nation.

Mes chers compatriotes,
Le progrès a pour piliers essentiels la cohésion sociale et la sécurité. Il faut agir pour concilier résultats attendus et résultats obtenus.

Vu la gravité des situations de Soubré et Bloléquin, le gouvernement décide:

1- Former et mettre en place des comités de paix et de développement dans chaque commune.

2- Former les communautés à l’apprentissage interculturel et la gestion mixte et intégrée des activités génératrices de revenus.

3- Former les agents des Eaux et forêts et de l’ANADER à la gestion MODERNE des conflits liés aux ressources naturelles.

4- Renforcer le mécanisme inter-communautaire de prise en charge des Personnes déplacées interne (PDI) [et non des réfugiés].

5- Conditionner la formation en gestion MODERNE des conflits à la délivrance de la carte de métier de journalisme pour mieux comprendre les typologies et les terminologie liés aux crises.

6- Mettre en place un système régional, local, et communautaire d’alerte précoce dirigé par le préfet de région en liaison avec le Système Nationale d’Alerte Précoce (SNAP) sous l’autorité du Conseil National de Sécurité (CNS) en impliquant les populations locales.

7- Coupler la justice transitionnelle à l’appareil judiciaire classique. Il nous faut faire preuve d’inventivité et de d’ingéniosité pour maintenir l’unité des contraires. Le sentiment d’injustice peut conduire à la justice populaire. Force doit rester à la loi.

8-Instaurer la formation à la Gestion Moderne des conflits à tous les niveaux de la société ENA, EFA, POLICE, GENGARMERIE… y compris dans les Etablissements d’enseignements dès la maternelle.

9- Mentre en place le programme Mentor de discipline civilo-militaire et socio-éducatif.

Le Dr. GNAPIA Eddy qui a démontré son expertise en conflictologie depuis 2004 est nommé pour coordonnées la mise en oeuvre des ces propositions en synergie avec le Conseil National de Sécurité, le Ministère de la Défense, le Ministère de la Solidarité et de la Cohésion Sociale.

Tous les manuels d’utilisation et de suivi-évaluation jusqu’ à la formation des formateurs à sa disposition seront utilisés par les structures concernés après un séminaire à impact immédiat.

Le temps presse, attention aux répliques des conflits de basses intensités. Nous devons fédérer les expertises.

IL N’Y A PAS DE SÉCURITÉ DE L’OPPOSITION NI DU POUVOIR. IL YA LE SYSTÈME SÉCURITAIRE IVOIRIEN.

L’inaction n’est plus une option

Vive la Côte d’Ivoire.
————————

Discours proposé par
Dr. GNAPIA Eddy
Expert en conflictologie et management
Directeur du Centre pour le Prévention des conflits
Enseignant-Chercheur

Commentaires Facebook