Selon les vœux du Chef de l’État ivoirien, dans 27 mois, la Côte d’Ivoire devra atteindre le niveau de développement des pays émergents à l’image de la Chine, la Russie, le Brésil, le Mexique, l’Afrique du Sud ou encore l’Inde.

Ce vœu est noble et des efforts sont consentis pour le développement des infrastructures notamment.

Mais au-delà des souhaits, des taux de réussite scolaire et la construction des équipements socio-économiques, nous devons nous interroger quant au type d’ivoiriens capables de maintenir le niveau de maintenance et de pérennité de ces infrastructures. Ou encore qu’est-ce qui est fait concrètement pour développer le niveau de conscience (sociale et « politique ») de ce peuple qui le rendra capable de préserver les « acquis ».

Quel est aujourd’hui le niveau de responsabilité des ivoiriens par rapport aux biens publics et ressources publiques ?

Quel est notre rapport à l’argent, au travail et à la discipline ?

Avons-nous aujourd’hui la conscience républicaine capable de faire la différence entre un « véhicule de service » et un « véhicule de commandement » (de fonction) ou mélangeons tout pour notre intérêt personnel? Ou encore quelle différence faisons-nous entre le budget de fonctionnement d’une institution publique mis à notre disposition et notre « argent de poche » personnelle ?

En clair, quel est notre système d’éducation (attitudes, comportements et valeurs morales, spirituelles, sociales, culturelles, scientifiques,…) aujourd’hui pour faire de nous des Hommes responsables ?

Quel modèle de société voulons-nous bâtir au-delà des proclamations d’intention ?

Quels sont les savoirs (savoir-faire, savoir-être), et les civilités d’usage que notre système d’éducation est sensé transmettre aux ivoiriens ?

Le lundi 11 Septembre, c’était la rentrée scolaire.

En dehors d’apprendre à lire, écrire et compter, quelle est la VISION (profonde) de notre système éducatif (au moins pour cette rentrée) ?

Quel genre de citoyens voulons-nous « produire » dans 2 ou 3 ans ou 10 ans ?

Quelles sont les valeurs que les élèves sont sensés assimiler et développer ?

Quelles sont les compétences clés que doivent acquérir les apprenants pour répondre aux besoins des entreprises et défis de la société ?

Quelle administration voulons-nous et en comment préparons nous les élèves à cela ?

Éducation Nationale ?

Si l’éducation diffère de la simple instruction publique et est plus globale que l’enseignement avec au moins trois (3) piliers :

  1. La famille
  2. La société / Communauté
  3. L’école

Quelle modèle de famille voulons-nous ?

Quelles valeurs de société espérons-nous développer ?

Quelle école qui prend en compte les défis du 21ème siècle et nous compétitif dans le monde ?

Quelle est donc la vision de l’État en matière de famille ? Quelle est la place des médias et de la culture (au sens large) dans cette « éducation nationale » ?

Bref ! Où allons-nous ?

Que deviendrons-nous avec le système d’éducation actuel ?

Magloire N’Dehi

Commentaires Facebook