Excellence Monsieur le Président de la république de Côte d’Ivoire,

Je me permets de vous écrire cette lettre pour vous donner mon point de vue sur le sort du président GBAGBO. Je crois que ce point de vue pourra servir d’axe d’orientation.

La matière première pour un développement durable après la grande crise qu’a connue notre beau pays est la réconciliation. J’insiste sur l’adjectif qualificatif épithète durable en ce sens que depuis votre ascension au pouvoir, vous avez posé certains  actes, à savoir, construire des ponts, faire des routes etc.… Bien que ces actes participent au développement, ont-ils réellement renforcé l’entente, la cohésion et la réconciliation entre nous?

Je réponds par la négative. C’est pourquoi, je mets l’accent sur l’adjectif qualificatif épithète « durable ». Pour ma part, pour que les actes de développement posés par vous Monsieur le président, soient acceptés de tous les ivoiriens  et non de vos partisans, je pense que vous devez prôner la vraie réconciliation ces mois-ci. Mieux, la crise ivoirienne a eu un impact négatif sur tous vos compatriotes, aussi bien vos partisans que ceux du camp adverse. À cet effet, pour qu’il ait une véritable réconciliation, il faut que celle-ci soit inclusive, c’est-à-dire prendre en compte les aspirations de tous les acteurs politiques voire toute la population. Or, nous savons tous que le plus grand souhait des sympathisants du président Gbagbo (le FPI, le COJEP,  l’opposition et d’autres ivoiriens de votre camp) est la libération totale de ce dernier.

Dans ces jours-ci, nous avons remarqué la joie d’une grande majorité de vos compatriote  à l’annonce de l’acquittement du président Laurent GBAGBO.  Ce qui veut dire que ce dernier fait partie intégrante des décisions des ivoiriens. Mieux, une  réconciliation efficace et effective des ivoiriens ne peut exclure votre compatriote Laurent GBAGBO. C’est pourquoi, pour la cohésion nationale, je vous exhorte Monsieur le Président de la république de Côte d’Ivoire,  de passer au-dessus de la mêlée politique ivoirienne et accueillir votre frère Laurent GBAGBO. Ainsi, vous sortirez grandi comme certains anciens présidents africains- pour ne pas les citer- et rentrerez dans l’histoire contemporaine mondiale. Voici alors quelques suggestions :

  1. Accepter l’acquittement et la libération totale du Président Laurent GBAGBO.
  2. Rénover et équiper sa maison  en Côte d’Ivoire afin de lui permettre de regagner son toit.
  3. Appeler au téléphone le Président Laurent GBAGBO et le Ministre Charles Blé GOUDÉ pour trouver un consensus sur la date de leur retour.
  4. Affréter un avion pour aller les chercher et les faire venir en Côte d’Ivoire.
  5. Aller les accueillir à l’aéroport avec l’équipe  gouvernementale et les accompagner à leur domicile respectif.

Soyez assuré Excellence Monsieur le Président de la République, qu’en prenant en compte toutes ces recommandations, vous ferez preuve de grandeur politique et spirituelle.

Espérant que vous prendrez en compte mes recommandations, Veuillez recevoir Monsieur le Président de la république, mes remerciements anticipés ainsi que l’expression de ma plus haute considération.

Votre compatriote  BAMBA Yacouba

Enseignant agréé de l’Ontario

Évaluateur agréé du Canada

Administrateur agréé du Québec

Commentaires Facebook