« Macaire Etty est le nouveau lauréat du Grand Prix des Belles-lettres des GPAL, et son désormais chef-d’œuvre, « La geste de Bréké » est à n’en pas douter une fierté pour la poésie africaine, la poésie tout court. » C’est en ces termes que le site d’information www.camer.be annonce les couleurs. Macaire Etty succède à Eric Mendi, le lauréat de la dernière édition dans la catégorie Belles-lettres avec son livre Afane-Forêt Equatoriale et se hisse désormais dans la catégorie Belles-lettres des « maîtres » et des « maîtresses » de la plume. Notamment, Yan Lianke, le virtuose chinois, dépositaire de l’écriture « mythoréaliste », la « bestselleuse » française aux millions de livres vendus Anna Gavalda, la doyenne mexicaine Guadalupe Martinez Galindo, le très prometteur génie togolais Kadjangabalo Sekou, et enfin le très surprenant nouvelliste mexicain Vicente Delgado Carreto.

Une plume est aussi belle et digeste qu’un bon mets Abidji

N’dri Etty Macaire est le président de l’association des écrivains de Côte d’Ivoire depuis le 02 avril 2016. Diplômé de l’École Normale Supérieur d’Abidjan (ENS), Macaire Etty est enseignant de Lettres. Pendant vingt-deux ans, il a donné des cours dans les collèges et lycées de Côte d’Ivoire avant d’être détaché à la Direction de la Vie Scolaire en 2013. Auteur et écrivain de belle facture, sa plume est aussi belle et digeste qu’un bon mets Abidji de Babasso, son village dans la region de Sikensi .Cinq ouvrages couronnent bibliographie : Gloire et déclin apocalyptique (roman) aux éditions Dhart Canada 2012, La loi des ancêtres (roman) aux éditions Matrice 2013, Les larmes de Dieu (roman) aux éditions Les classiques d’Abidjan 2015, Saison Torride (nouvelles) œuvre collectif aux éditions Eden 2016 et La Geste de Bréké (épopée) aux éditions Irda en 2016 et Mes saintes colères aux Editions l’Harmattan. Son amour pour les lettres ne date pas d’hier. Sa tendre enfance a été pétrie de littérature ! Une peinture littéraire avérée ! Dans la bibliothèque de son père, lui-même instituteur, il dévorait goulument les livres. À force de lire, l’enfant de Sikensi, s’est transformé en un homme de lettre averti.

Les grands prix des associations littéraires (GPAL) sont des prix littéraires décernés au Cameroun depuis 2013. Les catégories « Recherche » et « Belles-Lettres » sont ouvertes aux ouvrages publiés dans la période des dix-huit mois précédant le lancement officiel de chaque édition. Le concours est international depuis sa création, si l’on s’en tient à la liste des finalistes de la première édition, qui mettait déjà en compétition deux auteurs français et quatre camerounais.

Commentaires Facebook