L’UNICEF note que les attaques ont eu lieu à travers le Nigeria et le Cameroun et ont représenté une multiplication par cinq par rapport à l’année 2016.

En janvier, deux enfants de 7 et 12 ans ont commis deux attentats suicides qui ont fait 5 morts et 15 blessés à l’Université de Maiduguri (UNIMAID) dans la capitale de l’Etat de Borno, dans le nord-est du Nigeria.

Le mois dernier, une jeune fille portant un gilet explosif s’est également fait exploser elle-même et d’autres écoliers au Cameroun, se suicidant ainsi que 4 autres personnes, lors d’une autre attaque organisée par Boko Haram.

Les autorités nigérianes ont affirmé à plusieurs reprises avoir battu le groupe terroriste dès 2015, bien que les attaques et les enlèvements se soient poursuivis dans tout le nord-est du pays.

Le rapport sobre ajoute que 2017 a été une « année cauchemardesque » pour les droits de l’homme des enfants à travers les conflits mondiaux.

« Les enfants sont ciblés et exposés aux attaques et à la violence brutale dans leurs maisons, leurs écoles et leurs terrains de jeux », a déclaré Manuel Fontaine, directeur des programmes d’urgence de l’UNICEF. « Comme ces attaques continuent année après année, nous ne pouvons pas devenir engourdi. Une telle brutalité ne peut pas être la nouvelle normalité. »

Source: UNICEF

 

Commentaires Facebook