Les lecteurs d’ivoiregnerie.com, sont désormais habitués à cette rubrique mensuelle ‘’ma lettre au Président’’ à travers laquelle un ivoirien qui ne peut le dire directement au Président, interpelle ce dernier sur ses engagements envers son peuple.

Monsieur Le Président, Le silence n’est pas un oubli et encore moins, le signe d’une quelconque satisfaction. Des mots comme SOLUTION, ÉMERGENCE, MEILLEURES CONDITIONS DE VIE et j’en passe, ont meublé votre campagne. Les « électeurs » furent motivés de cocher le carré suivant votre nom avec des rêves à couper le souffle. Les jeunes ont fait des projections, les chômeurs qualifiés et diplômés avec eux, les fonctionnaires à la réalisation de leur vœux secret, AVOIR UN TOIT, les femmes commerçantes la libre circulation et commercialisation de leurs produits, les élèves et étudiants des meilleures conditions d’études, les entrepreneurs et investisseurs de meilleures mesures fiscales. ERREUR ET DÉSILLUSION de toutes les couches sociales en dehors du Fan club très restreint des ADOrateurs meublé des seuls intelligents du pays. Bref… Je voudrais évoquer ce soir quatre petits sujets qui me torturent depuis quelques temps: 1. La continuité des inscriptions dans les établissements techniques et professionnels, 2. Le Mouton pédagogique 3. Le coût des logements 4. L’identification des usagers de la téléphonie mobile. Je voudrais de prime abord souligner que, je ne suis aucunement affidé à une quelconque « religion politique » que ma la lettre est le ressenti et la misère intérieure de la population tous groupes ethniques confondus. Monsieur Le Président, je sais et je suis convaincu que vous me lisez, c’est pourquoi je vous invite à présent à suivre le développement des quatre sujets sus énumérés.

1. LA CONTINUATION DES INSCRIPTIONS DANS LES ÉTABLISSEMENTS TECHNIQUES ET PROFESSIONNELS
La rentrée scolaire concernant lesdits établissements fût annoncée pour le 11 Septembre 2017 dans l’optique que les conditions financières de certains parents étant difficiles, les cours seraient effectifs début Octobre de la même année. Pas d’élèves et d’étudiants. Les cahiers de textes vous le diront. Mais cela n’est pas bien grave car nous « tropicalisons » tout. Depuis cette date jusqu’à ce jour le site de la cellule du ministère chargé de valider les inscriptions est ouvert et les établissements continuent de recevoir des étudiants et des élèves. Selon certains enseignants qui ont requis l’anonymat, certains élèves sont arrivés après les congés de février c’est-à-dire après la fin du premier semestre. Alors que dans ces écoles l’année est découpée en deux semestres. Ceux qui sont, disons le, venus « en retard », comment seront-ils évalués? Et si cela est possible, quelle sera l’objectivité de cette évaluation lors que chaque enseignant dans ces établissements devrait avoir 7 notes par élève??? La qualité de l’enseignement reçu ne sera pas défaillante pour eux et du coup voir l’augmentation du taux d’échec ??? J’ai soif d’avoir des SOLUTIONS ! Ce problème « D’INSCRIPTIONS NO LIMIT » dans toutes les écoles secondaires et mêmes dans les UNIVERSITÉS de Côte d’Ivoire est on ne peut plus récurrent… Monsieur Le Président,…

2. LE MOUTON PÉDAGOGIQUE 

En balade dans une université de la place, j’ai écouté avec curiosité les échanges entre de futurs instituteurs et professeurs stagiaires qui ont de façon récurrente utilisé une expression: LE MOUTON PÉDAGOGIQUE. J’ai voulu en savoir davantage en engageant une causerie avec eux. Qu’est ce que le MOUTON PÉDAGOGIQUE? Monsieur Le Président, Le MOUTON PÉDAGOGIQUE, est un droit illicite exigé aux enseignants stagiaires devant être titularisés ou certifiés dans les fonctions pour lesquelles ils ont été formés après avoir payé le droit normal exigé par le ministère de tutelle. Ce droit, Monsieur Le Président, qui s’élève par individu à 50.000 FCFA au minimum et qui est OBLIGATOIRE est perçu par les inspecteurs et autres examinateurs, après avoir fait signer auparavant des engagements écrits aux candidats pour se mettre à l’abri lorsque des KPAKPATOS comme nous autres qui auront vite fait de dénoncer de telles pratiques nocturnes. Monsieur Le Président, jusqu’à quand allez-vous garder le silence qui risque d’être coupable et de légitimer de telles pratiques ? Venons-en au point trois.

3. LE COÛT DES LOGEMENTS
Monsieur Le Président de la République de Côte d’Ivoire, le rêve de tout citoyen et surtout des fonctionnaires est d’avoir une maison afin de reposer ses vieux os au soir de sa vie professionnelle donc à sa retraite avec sa famille (dimension africaine). Selon les statistiques recueillies auprès de l’Institut national de la statistique (INS) Côte d’Ivoire chez nous, 95% des fonctionnaires vont à la retraite sans un toit à eux. J’ai rêvé que mes parents pourraient échapper à cette situations et mêmes les générations futures parce que vous êtes un excellent économiste et un brillant banquier. J’ai pensé que vous auriez aidé les fonctionnaires et agents de l’État à avoir des facilités de prêts auprès des banques. Mais non, c’est la pression fiscale et l’augmentation des charges des entreprises de tous les secteurs pouvant aider les fonctionnaires à avoir un toit. Sans compter qu’un prélèvement appelé CONTRIBUTION NATIONALE dont le contenu et l’objectif reste et demeure flou dans l’entendement même du professeur agrégé en linguistique et en fiscalité, est toujours présent sur les bulletins de salaire. Monsieur Le président, aidez les fonctionnaires qui gagnent 120.000 FCFA net après toutes les tracasseries fiscales et bancaires à avoir une bicoque à la retraite dans son village au moins ! Sinon le loyer mensuel pour une famille africaine coûte 150.000 FCFA et la maison à acquérir 25.000.000 de FCFA au bas mot, sans les frais annexes. Enfin, le point 4.

4. L’IDENTIFICATION DES USAGERS DE LA TÉLÉPHONIE MOBILE

Monsieur Le Président de la République de Côte d’Ivoire, concernant les compagnies de téléphonie mobile, je vous avais en son temps adressé un courrier à travers lequel j’évoquais l’augmentation abusive des fais de transfert et de retrait d’argent. Mais, j’ai compris le message il y a quelques jours avec l’attitude du groupe Orange CI -même si cela a changé entre temps, il faille toujours en parler- qui n’avait pas d’agents dans les rues comme MTN et MOOV pour faire identifier les clients obligés d’aller faire des rangs kilométriques devant les agences ORANGE pour une opération de trois minutes. À moins que je ne me trompe, lorsque je commandite un projet de recherches, c’est parce que je suis à mesure de le financer. Les études de la BAD, BANQUE MONDIALE, FMI, UE, NDI… sont financées par ces structures. Mais pourquoi l’État de Côte d’Ivoire aussi sérieux qu’il soit, refuserait-il de financer l’identification des puces et du coup mettrait la pression de façon implicite sur les entreprises qui pourtant emploient des hommes et des femmes de toutes nationalités et payent leurs impôts en Côte d’Ivoire ??? Admettons qu’elles refusent toutes et décident d’aller exercer ailleurs où des conditions plus souples leurs sont offertes… Monsieur Le Président de la république, cette forme de ‘’violence’’ étatique m’inquiète et me surprend surtout que vous êtes HOUPHOUETISTE!!! Le raisonnement que plusieurs Ivoiroises et Ivoirois ont eu de quitter la maison de téléphonie Orange si leur puce leur était retirée après le 31 Mars 2018, je l’ai eu aussi. Je vous invite donc à aider les entreprises de tous les secteurs afin que la population, que dis-je, VOTRE POPULATION, ait une once de bonheur. On ne vous demande pas L’EXTRA-ORDINAIRE, mais le MINIMUM. J’espère que les Services de communication et de courrier du palais sans oublier les troubadours, vous feront part de ma misère morale en quête d’un avenir paisible et meilleur. Bonne lecture Monsieur Le Président de La République de Côte d’Ivoire! NB: « Toujours en attente de ma nomination comme convenu à notre dernière rencontre, à moins que je n’ai la portion congrue, c’est-à-dire un poste de sénateur même si cela ressemble à n’en point douter, à du toc!

Alassane Ouattara

Alassane Ouattara

L’IVOIROIS INDIGNÉ

Commentaires Facebook