La politique en Côte d’Ivoire est d’une bassesse qui fait très honte. Dès que vous êtes au pouvoir, vous avez tous les moyens pour réduire vos adversaires, au néant. Et cela ne fait que commencer, en prévision de 2020…

Tels de fieffés hors la loi, ceux qui sont contre le parti unifié l’apprendront à leurs dépends. Le premier ministre Amadou Gon avait clairement jeté sa bile contre trois pontes du PDCI ou rien, antis parti unifié. On commence par démettre Jean Louis Billon du conseil général du Hâmbol (Dabakala) après une procédure bien entendu, on retire la garde rapprochée de Guikahué, on scanne les comptes des entreprises du groupe SIFCA, on traque Akossi Bendjo le maire du Plateau. D’ores et déjà, Edwige N’Goran sa DAF, est convoquée au parquet pour une affaire de 2 milliards de FCFA et déférée à la MACA, en attendant sûrement au chaud son patron –du moins tant qu’il ne se ravise pas- qui a depuis quelques temps été débarqué de la présidence du Conseil d’administration de la Société ivoirienne de raffinage (SIR). Alors que le président de la Commission électorale indépendante (CEI) dont le mandat est fort dépassé demeure à ce poste, même après une décision de la Cour africaine des droits de l’homme qui indique que le fonctionnement et la composition de cette institution devraient être revus. Et ne vous trompez pas, tous ceux qui vont contre le parti unifié et donc les desseins nobles de la Côte d’Ivoire, passeront à la trappe. Des ministres ex-PDCI ou parti unifié qui sont dans le récent gouvernement ont pour d’aucuns été obligés d’y adhérer au risque de voir scanner leurs comptes, qui il faut aussi l’avouer, ne sont pas au dessus de tout soupçon. Parce qu’en Côte d’Ivoire, rares sont les politiciens qui sont exempts de tout reproche… Oui parce qu’en Afrique faire de la politique hélas, c’est s’enrichir, au pas de course!

On les tient économiquement, donc politiquement!
En politique sous nos tropiques, tous les coups sont permis. Et très souvent on vous nomme à des postes juteux et on passe l’éponge sur certains agissements, tant que vous êtes en odeur de sainteté avec la classe dirigeante actuelle. Tous les pouvoirs depuis Félix Houphouët-Boigny, l’ont expérimenté, avec succès. Donc pourquoi ne pas continuer dans cette belle dynamique ? Dès que la situation se retourne, on vous rappelle vos errements dans la gestion qui étaient passés sous silence, tant que vous étiez du bon côté. Voilà une bonne gouvernance, qui ne dit pas son nom ! Et tenez-vous bien, les municipales et régionales prochaines seront une occasion pour museler davantage des empêcheurs de gérer la Côte d’Ivoire par la gent au pouvoir, en rond. Plusieurs bastions seront imprenables parce que les adversaires se verront remettre des redressements fiscaux, ou même ressortir pour certains, leurs impairs. Et si malgré cela vous ne rentrez pas dans votre coquille, on vous y remettra manu militari, avec le rouleau compresseur de la justice qui ne manquera pas de vous atteindre. Parce que de toute façon vous êtes un politicien, qui a les mains sales. Demandez seulement à un ponte d’Adjamé précisement Farik Soumahoro qui a failli et qui veut toujours contrer les ambitions de nos autorités concernant la mairie d’Adjamé en se présentant, s’il a toujours cela, en projet!

KONE YAO

Commentaires Facebook