Voici une déclaration très instructive des syndicats d’enseignants –principaux organisateurs du BEPC- qui se désolidarisent des résultats émergents proclamés il y’a peu, concernant le BEPC.

Des informations récurrentes font état d’une tentation de remise en cause des résultats issus des délibérations du BEPC session de 2018 par des présidents de jury sur instructions de la DECO est demandé aux enseignants membres de jury de se présenter à nouveau dans les centres de délibération pour signer des procès-verbaux à l’effet des résultats que n’émanent de leur fait. En effet, l’objectif d’une telle génération est de relever le taux de réussite en reconsidérant à la baisse la moyenne de repêchage de 09/20 à 08,50/20. Or le manuel de référence des examens 2018, boussole de la conduite de toutes les opérations de la session conçu et validé par toutes les structures compétentes en la matière (Cabinet, inspection générale DECO) indique clairement à la Page 105 les conditions de repêchage. A l’analyse, il ressort que le ministère a par cette attitude foulé au pied les mesures officielles contenues dans le guide. Même la délibération assistée par ordinateur contient les mêmes éléments que le manuel de références qui est mis à jour chaque année. La DECO organise les examens certes, mais la validation des résultats à l’issue des épreuves relève de la compétence exclusive des enseignants membres des jurés. La production des procès-verbaux validés par la DECO discrédite les résultats ainsi obtenus et décrédibilise le diplôme, ruinant ainsi tous les efforts consentis par la communauté éducative pour relever la qualité de la formation. C’est pourquoi, le collectif des syndicats et associations du secteur éducation formation réuni en session extraordinaire ce lundi 02 juillet 2018 de 11heures à 13 heures :
• Condamne avec la dernière énergie cette tentative de tripatouillage des résultats des BEPC 2018
• Demande aux enseignants de ne pas se faire complice de cette forfaiture qui leur dénie l’une des composantes de leurs attributions à savoir l’évaluation sommative
• Demande au Ministre de l’Education Nationale et de l’enseignement Technique de s’en tenir aux résultats issus des délibérations tels que prévus par le manuel de référence de 2018
• Le collectif se réserve le droit de désolidariser de l’organisation des examens dans les conditions qui ne respectent pas les règles édité contenu dans les manuels.
• Au total le collectif estime qu’une école de qualité c’est une formation de qualité alliée à une évaluation de qualité.

 

Fait à Abidjan le 02 juillet 2018

Pour le Collectif
LE PRESIDENT

N’DRI BENJAMIN

Commentaires Facebook