Le gringalet est un homme de petite taille, maigre et chétif. Quand au freluquet, c’est simplement un jeune homme frivole et prétentieux. Ainsi pourraient se caricaturer l’un et l’autre –Soro l’a fait officiellement mais Bictogo à travers une allusion puis son silence- comme pour dire que le tomahawk est à moitié déterré. Petits extraits de cette diatribe verbale que nous présenterons juste comme un dialogue:

ADAMA BICTOGO : « Chacun doit se déterminer. Evidemment, si vous êtes président de l’Assemblée nationale que vous n’adhérez pas au RHDP ou que vous avez décidé de ne pas être RHDP,  n’attendez pas qu’on vous demande de partir, déposez le tablier, parce que ce n’est plus votre tabouret. On ne peut pas tricher en permanence avec le peuple »

GUILLAUME SORO : « J’ai entendu quelqu’un dire qu’il va me chasser. Il veut m’humilier ou il veut m’insulter ? Il peut me chasser, moi ? Bon, comme je le dis, les temps ont changé. Comme les temps ont changé, même tous les gringalets peuvent parler aussi, sinon, ce n’est pas comme ça… J’ai organisé l’élection en 2010. Je n’ai pas qu’organisé le 1er tour, j’ai organisé deux tours, de cette élection. C’est parce que l’élection a eu lieu que j’ai mis un Président. Ça n’a pas eu lieu au siècle dernier. Mais il y a juste 8 ans »

ADAMA BICTOGO : « Je ne répondrai pas à ceux qui descendent dans la boue. Je ne réponds qu’à ceux qui ont des propositions, qui ont des offres pour la Côte d’Ivoire et les ivoiriens.

La fonction des institutions, je ne le respecte que par rapport à mon respect, à mon éducation républicaine, donc je respecte la fonction. 
Mais quand la fonction est incarnée par quelqu’un qui est PETIT, je ne réponds pas »

GUILLAUME SORO (via son haut parleur ou son micro) FRANKLIN NYAMSI:
«Peut-on démissionner d’un parti qui n’existe plus? C’est comme si on demandait à un homme vivant de divorcer d’une femme décédée. C’est de La politique de cimetières! LE CONCEPT DE GRINGALET POLITIQUE une notion essentielle du Discours de Guillaume Soro ce 2 janvier 2019 à Ferkéssédougou. Un gringalet politique est un individu intellectuellement, moralement, démocratiquement et spirituellement insignifiant, qui n’existe que parce qu’il a été nommé un jour, chargé un jour de telle ou telle mission, utilisé par le pouvoir pour s’octroyer des rétrocommissions par milliards volés dans les deniers publics. Un tel individu, constamment mêlé aux affaires de déchets de la république, aux marchés de gré à gré attribués au mépris de la loi, ne vaut tellement rien devant un héros national, devant un homme d’Etat et un acteur de l’Histoire, qu’il faut lui rabattre régulièrement le caquet, en attendant qu’il réponde de ses forfaits commis au vu et au su de tous dans les biens publics.
Nous ne pouvons que constater, à la manière d’Emmanuel Kant, que le concept de gringalet politique correspond parfaitement à l’être-sensible du sieur Adama Bictogo. C’est un individu dont l’insignifiance rejaillit tout naturellement sur le soi-disant RHDP « Unifié » dont il prétend organiser le Congrès d’usurpation de l’héritage du Président Houphouët-Boigny. »


COMMENTAIRE :

C’est l’histoire d’un gringalet qui joue dans les poubelles et appelle un freluquet à venir y jouer avec lui. Et quand ce dernier l’y rejoint, là subitement le gringalet se rend compte qu’il n’aime pas se salir. Amusant tout de même!  Monsieur Bictogo, c’est le moment de vous donner en spectacle. Nous sommes branchés, chers amuseurs publics. Pitrerie, persiflage, flagornerie… Et quand je pense que la classe politique est sensée incarner des valeurs dont le respect d’autrui, le sens de responsabilité. Mais bon! Amusez nous en attendant 2020. Et dire qu’en faisant référence à Emmanuel Kant, il aurait seulement suffit pour le gringalet comme le freluquet, de voir l’autre comme une fin et non un moyen tout en transformant leur action en morale universelle.

KONE YAO

Commentaires Facebook