On aurait voulu pouffer de rire, mais oh, c’est sérieux ! Le porte-parole du gouvernement Bruno Nabagne Koné, le beau de l’autre, a affirmé que « ni un gendarme, ni un militaire n’obtiendra de reconnaissance à l’occasion de la journée nationale du prix d’excellence 2017… pour des raisons parfaitement compréhensibles ». Et ce prix qui se tiendra le 4 août prochain, n’enregistra pas pour cette fois, nos hommes en armes.

Au total 78 prix seront mis en compétition dont 75 seront effectivement remis. Trois notamment le prix d’excellence des armées et le prix d’excellence du glaive d’honneur de la gendarmerie ne seront pas décernés. Et le troisième prix à ne pas être décerné, c’est celui du meilleur aménageur foncier. Pour une fois on serait tenté de décerner un prix d’excellence aussi à notre gouvernement, pour cette sage décision. Mais hélas, cela n’est pas d’actualité. Le gouvernement ivoirien lui aussi, n’aura pas le prix – si les Ivoiriens devaient le juger – ce 4 août. En effet à cause des mutineries les hommes en armes ont été exclus, décision assez bizarre alors que ce gouvernement sait bien d’où sont venus ces mutineries, et qu’il y’a quand même des hommes en tenue dotés d’une grande sagesse. Mais quand le ver est dans le fruit, ne contaminera-t-il pas aussi la partie jusque-là non corrompue ?  Et que dire de nos aménageurs fonciers qui à ce jour, n’ont attribué aux logements sociaux que le qualificatif, les prix grimpant en fonction des pluies diluviennes de ces derniers jours. Mais revenons à notre gouvernement ! ce dernier qui n’a vu aucun des siens démissionner à cause de ces mutineries intempestives et de l’échec des logements sociaux. Pitié, pardi ! Et qui n’a d’autres solutions pour réguler le prix des loyers que de décider que dorénavant « la caution est fixée à trois mois… un mois d’avance et deux mois de caution ». Pas plus comme mois d’avance et caution sinon la sanction s’en suivra, parole du gouvernement… Qui ne voit que la faute ailleurs !

Ces autorités qui échouent toujours à endiguer la cherté de la vie, le chômage… qui serait le plus bas du monde ! Et qui ne tari jamais d’efforts pour toujours nous sortir des recettes miracles qui n’ont pas l’air de panacées…

YAO KONE

Commentaires Facebook