Les agents du ministère du Commerce, de l’Industrie et de la promotion des PME comme d’autres administrations du pays, courent toujours après des revendications qui tardent à se traduire en actes.

Quel est l’état d’esprit au sein de votre ministère depuis l’arrivée du nouveau ministre ?

Merci pour l’occasion que vous m’offrez afin de donner les nouvelles de notre Ministère. En effet, depuis l’arrivée du Monsieur Souleymane DIARRASSOUBA à la tête du Ministère du Commerce, l’état d’esprit n’a été autre que le climat de paix social observé jusqu’à ce jour.
Il semble qu’il y a désormais la paix des braves avec votre nouvelle administration.
Parler de « Paix des braves  » reviendrait à dire qu’il y avait eu un temps de guerre entre les deux parties. Alors, qu’il n’en a jamais été question depuis l’arrivée de cette nouvelle équipe. Bien au contraire, le Cabinet actuel et nous, sommes engagés dans un dialogue social qui ne fait que durer en longueur sans résultats concrets. Et c’est ce que nous déplorons présentement.

Quelles sont les résolutions majeures de votre dernière assemblée générale extraordinaire à Yamoussoukro ?

Le samedi 27 octobre 2018, s’est tenue au CAFOP Supérieur de YAMOUSSOUKRO, l’Assemblée Générale Extraordinaire du syndicat National des Agents du Ministère du Commerce de Côte d’Ivoire (SYNAMIC-CI) qui avait un seul point à l’ordre du jour : Faire le point des revendications formulées auprès de la Hiérarchie et prendre une décision. En ce qui concerne le point de nos revendications, l’Assemblée a constaté avec amertume et désolation, la gestion lente et moins concrète des préoccupations des agents. Face donc à cette léthargie dans la recherche de solutions aux problèmes, l’Assemblée a exigé du Bureau Exécutif National du SYNAMIC-CI, le dépôt du préavis de grève suspendu depuis le 15 septembre 2015. Pour rappel, il faut noter que cela fait plus de trois ans que nous nous sommes inscrits dans un dialogue social sans un minimum de résultat à ce jour.

Revenons à l’épineux problème des primes : quelles avancées ?

Il n’y a pas d’avancée notable jusqu’à ce jour. En dépit de la bonne volonté exprimée par le Président de la République depuis juillet 2014 et de la bonne disposition d’esprit manifestée par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement actuel, nous attendons toujours des actes concrets de la part de notre Ministre de tutelle, Monsieur Souleymane DIARRASSOUBA.

Le Synamic-ci ne s’inscrit-il pas dans la trêve sociale qui a été signée entre le gouvernement et les syndicats de fonctionnaires ?
Naturellement, le SYNAMIC-CI est un syndicat de fonctionnaires donc respectueux de la trêve. Cependant, les clauses du protocole d’accord portant trêve sociale invitent les parties à trouver des solutions durables aux problèmes des agents par le dialogue. Sauf que dans notre cas, aucune solution n’est trouvée par notre Hiérarchie. Ce qui constitue une violation de ladite trêve par notre tutelle. Aussi, faut-il rappeler que la trêve sociale ne veut pas dire absence de revendications nouvelles dans chaque ministère. C’est pourquoi, nous plaidons auprès du Ministre Souleymane DIARRASSOUBA afin qu’il se penche sur les problèmes de ses collaborateurs que nous sommes. D’autant plus que les questions sont de sa compétence exclusive notamment la signature d’un arrêté portant Plan de Promotion Interne et l’octroi de primes indiciaires aux agents.

De sources introduites, le ministre vous aurait dit que vos revendications relèvent de la fonction publique et non de ses services ; qu’en pensez-vous ?
D’abord, je voudrais rappeler que je n’ai pas souvenance d’une telle affirmation de la part du Ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME. Ensuite, il est indéniable de reconnaître que le Ministère de la Fonction Publique est l’Organisme Employeur de tous les fonctionnaires. Cependant, l’initiative est laissée à chaque Ministère Technique de proposer et de trouver des meilleures conditions de vie et de travail pour ses agents. C’est le cas du Ministère de l’Economie et des Finances. Le Ministère de la Fonction Publique a un rôle transversal, donc il ne fait pas de spécificité. Enfin, les problèmes que nous posons, sont du ressort de notre Ministre de tutelle ; quitte à lui de solliciter l’aide de ses collègues ou du Gouvernement.

Quelles nouvelles propositions au vu de la donne actuelle ferez-vous pour définitivement faire cesser ces remous au sein du ministère du commerce, de l’industrie et de la promotion des pme ?
Les solutions, nous en avons proposées autant de fois. Il n’y a pas de solution autre que la signature des actes (décrets et arrêtés) octroyant des primes indiciaires aux agents et la mise en place d’un Plan de Promotion Interne. C’est un véritable plaidoyer que nous faisons auprès du Ministre Souleymane DIARRASSOUBA, du Gouvernement Ivoirien et du Président de la République. Les agents du Ministère en charge du Commerce sont les seuls issus de la famille d’emploi Gestion Économique et Financière qui ne bénéficient d’aucun avantage à ce jour. Cela est une injustice que l’Etat devrait réparer.

LA REDACTION

Commentaires Facebook