Yacou le chinois (RIP) célèbre prisonnier, est décédé le 20 février 2016, suite à une mutinerie qui a éclaté à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA). Mais ce prisonnier qui était si connu, le devait à ses accointances avec certains pontes du pouvoir actuel. Selon des témoignages concordants, il était bel et bien, en mission… Retour sur ce qui a été la cause de sa célébrité, et qui aurait été la base, de sa mort.

Yacou le chinois, prisonnier hors-pair!
Yacou le chinois avait été condamné à 20 ans de prison, puis condamné à la même peine, quand il a été repris, après une évasion suite à la crise postélectorale. Il faisait la pluie et le beau temps, avait le droit de décider ce qu’il voulait en prison, y compris de faire muter un garde, quand sa tête ou sa rigueur ne lui plaisait pas. Il était tout puissant et avait ses gardes de corps, au sein de la prison. Il y était comme chez lui, mieux que dehors, d’ailleurs!

Son deal avec le régime?
Yacou le chinois confiait à un travailleur de la MACA, que « J’ai croisé le ministre, je vais faire un travail pour eux. S’il y a des sons ici concernant les prisonniers « politiques » , je leur donne » . Et en contre partie, il devait bénéficier d’une réduction de peine. D’ailleurs après sa mort, c’est une mesure exceptionnelle en son temps, qui n’a encore jamais été appliquée jusque là, en Côte d’Ivoire. C’était donc du sur mesure, sans doute !? « On lui avait demandé de récupérer l’ordinateur de Me Bahi –qui contenait des données assez sensibles sur le FPI et ses dirigeants dont beaucoup sont actuellement en exil- et cette machine n’a jamais été récupérée. Et c’est sans doute, l’origine de ses problèmes… » A chacun donc, son commentaire!

Bien avant la mort de ce prisonnier qui se sentait plus libre à la MACA qu’au dehors, un ponte du pouvoir actuel envoie de hauts gradés de l’armée pour le prendre, parce qu’on voulait le voir, pour lui confier une mission. Il a refusé d’obtempérer, le même jour. Mais ils ont fini par lui faire entendre raison, car le ministre voulait le voir. Le même jour il n’a donc pu être exfiltré et le lendemain, les négociations reprennent. Vous entendez bien, négocier avec un prisonnier! Il finit par entendre raison, et se rend seul à la grille, sans ses gardes du corps. Pour l’exfiltrer on l’a habillé en casque, avec un gilet pare balles d’une unité d’élite de la police. Il est engouffré dans une voiture de marque Peugeot 106, avec un ponte de l’ex rébellion armée et actuel haut gradé de l’armée. Le lendemain aux alentours de 16 heures il revient à la MACA, bardé de sachets contenant des victuailles et autres objets de valeur. Et Yacou était tellement en de bonnes grâces que la veille de son anniversaire un camion entre en prison avec une sonorisation digne des grands maquis de la place et des concerts d’Arafat et de Debordeaux, sans qu’il ne soit fouillé. Et c’est le lendemain ce triste 20 février 2016 qu’une mutinerie éclatera, et qu’il sera tué…

NB : ivoiregnerie.com reviendra sur le fait qu’un garde pénitentiaire qui n’était pas de service le jour de la mort de Yacou le chinois, croupit toujours en prison parce qu’on l’accuse de ce forfait, sans que rien n’ait encore été démontré, à ce jour!

Ce prisonnier était tellement important que lorsqu’une de ses copines vivant en France arrivait pour le voir, c’était un capitaine qui allait la chercher au carrefour de la zone industrielle de Yopougon. Et leurs ébats se passaient, en prison… Chaque fin de mois, il recevait au moins 500 000 FCFA de la part de ses mandants. Mais Yacou, pourquoi n’as tu pas récupéré l’ordinateur? Peut-être que tu serais à ce jour, en vie!

PS : Jusqu’à ce jour, de hauts responsables du pays, mènent toujours leurs enquêtes pour savoir qui a eu l’audace de mettre ce célèbre prisonnier, sous l’éteignoir…

KONE YAO

Commentaires Facebook