En Côte d’ivoire chacun essaie de se protéger comme il le peut. Avec ses propres moyens s’entend! Et toutes les astuces sont les bienvenues pour contrer les velléités des adversaires politiques qui avec des pratiques corsées deviennent des ennemies. Il y’a eu jusque-là plusieurs morts dans l’opposition qui n’ont pas encore été élucidées ou n’ont point voulu l’être (on se comprend).

Et la cerise sur le gâteau a été la tentative d’assassinat de l’ex-général et véritable ponte du PDCI, Gaston Ouassenan Koné. Sans oublier qu’avant cela, Henri Konan Bédié avait éconduit un de ses sbires -une espèce de majordome diraient certains- pour avoir été de connivence avec des “empoisonneurs” tapis dans l’ombre.

Eh bien jamais un sans deux, d’où rebelote. Le sphinx de Daoukro s’est séparé de l’un de ses cuisiniers pour avoir voulu empoisonner son thé. Il n’a certainement jamais fait l’Angleterre ce quidam, pour savoir que ce mets est sacré…

Aussi, quelle audace que de s’attaquer à ce vieux briscard de la politique ivoirienne! Aucune « preuve véritablement établie » et on préfère observer la loi de l’omerta, puisque chacun est sur ses gardes.

Mourra donc bien qui mourra le dernier?

Commentaires Facebook