Daoukro, 11 janvier 2018. Le président du PDCI-RDA, Bédié qui échangeait avec les délégués de son parti, n’y est pas allé de main morte. Il en a profité pour remonter les bretelles à Kobenan Kouassi Adjoumani relativement à l’affaire « Micro et haut-parleur ». Une brouille entre l’actuel porte-parole du PDCI et le secrétaire exécutif du PDCI. « Ceux qui veulent s’incarner dans des haut-parleurs doivent le faire en sachant leur rôle exact. Vous êtes le porte-parole du parti .Point de polémique entre micro et haut-parleur. » Dixit le bouddha de Daoukro depuis son temple. Mais cette sortie du président Bédié n’a pas été du goût de Kobenan Kouassi Adjoumani qui jusqu’à cette date se croyait plus légitime que tous au PDCI pour parler au nom du parti septuagénaire. Commence alors une superbe bourde de « l’éléphant du Zanzan » qui s’est soldée par un spectacle digne d’un gamin à qui l’on a arraché le petit déjeuner. En effet, sollicité comme à son habitude pour répondre aux sorties hasardeuses du répondeur automatique du RDR, Joël N’guessan dans un entretien accordé au quotidien Le Patriote dans sa parution du mercredi 17 janvier 2018, où il indiquait à l’endroit des militants du PDCI qu’ « On ne peut pas être au pouvoir et être opposant, il faut faire un choix », notre source indique que le ministre des ressources halieutiques et animales a répondu par la négative. Pourquoi ?

Djénébou Zongo « l’envouteuse »

Informé, le président du PDCI sollicite le porte-parole adjoint, Jean Louis Billon qui accepte de satisfaire à la besogne refusée par Adjoumani. Mais pendant ce temps le fils du Zanzan multipliait les faits et gestes pour rencontrer le bouddha de Daoukro. Ce dernier ruminant sa colère refuse de le recevoir. Après presqu’une journée passée à faire le pied de grue dans la cours du roi Bédié, Kobenan Kouassi Adjoumani sort furieux en lâchant en face de l’ex-première dame, qui voulait en savoir un peu plus du départ de son fils Adjoumani avec une mine pas trop gaie, reçoit une claque verbale en plein visage. « Laissez-moi, Djenebou vous a tous envouté ici. » La messe est dite. Adjoumani a trouvé la cause de tous ses malheurs chez Bédié : Djénébou Zongo épouse Diomandé, directrice de la communication du PDCI. Bref. Chose curieuse, le porte-parole retrouve sa langue et s’empresse lentement pour répondre dans la parution du 22 janvier 2018 de « le Nouveau réveil » pour sauver certainement la face. Surtout que le président Bédié s’apprêterait à tirer un peu plus les oreilles de son filleul. Déjà un séjour chez Adjoumani dans les prochains jours a été annulé au profit d’un cadre du PDCI et ancien ministre de la région. Attention à ne pas perdre le nord…

 

Commentaires Facebook