La Côte d’Ivoire est décidément le pays où chacun préfère lutter pour tirer la couverture vers soi ! Alors que nos députés ont validé la loi de finances de 2018 et l’annexe fiscale de la même année qui étrangle les populations et les opérateurs économiques avec des taxes qui ne cessent de grimper et de se multiplier, ils s’offrent une revalorisation salariale. Précisément 500 000 FCFA de plus par député à par de cette fin de mois de janvier, faisant passer leur traitement à 2 millions 600 mille FCFA.

Justifiant cela par le fait qu’ils sont obligés d’assister socialement leurs populations, ce qui n’est pas leur rôle. Il y a de quoi batailler pour se faire élire député ! Puisque cela fait 31 millions 200 mille FCFA l’année, 156 millions les 5 années de mandat, en plus de 20 millions de FCFA de frais d’installation, sans oublier les primes de sessions parlementaires. Un petit calcul arithmétique, et on n’est pas très loin des 200 millions de FCFA… Sans oublier les nombreux autres avantages comme l’immunité parlementaire, le passeport diplomatique, et les nombreux voyages à l’étranger. Belle prise ! Il faut remarquer que ces derniers avaient menacé de rejeter le budget de 2018, si rien n’était fait pour gonfler leurs émoluments. Et voilà l’un d’entre eux ponte du pouvoir actuel, a su négocier pour qu’ils obtiennent gain de cause. Si on peut lutter pour soi, pourquoi ne pas alléger les souffrances de ce pour qui l’on est élu?

De mémoire d’Ivoiriens, les députés ne se sont jamais sous cette législature, pressés pour convoquer le gouvernement ni mettre en place des missions parlementaires devant des dossiers brûlants comme les mutineries intempestives à Bouaké, la grève des fonctionnaires, la réduction du budget des conseils régionaux et communes, la lenteur dans la mise en place de la Haute cour de justice, l’instauration d’un Sénat budgétivore…

La cherté de la vie qui perdure malgré les nombreuses mesures annoncées. Ils n’ont même pas osé lever le petit doigt. C’est environ 125 millions de FCFA qui sera mensuellement déboursé pour satisfaire aux aspirations de nos honorables ; montant qui atteint la rondelette somme d’un milliard 500 millions de FCFA, par an. Normal alors qu’ils aient validé l’annexe fiscale, puisqu’il faille que l’Etat gagne plus, pour les contenter ! On se demande bien si nos honorables ont plus chiadé pendant les élections législatives pour le peuple comme ils aiment à le dire, ou pour leur propre estomac!

KONE YAO

 

Commentaires Facebook