En Côte d’Ivoire, tous les moyens sont bons pour des taux de réussite extraordinaires, même si le niveau scolaire se dégrade de plus en plus. Ivoiregnerie après avoir révélé l’opération hibou qui a accouché de BEPC « Chinetok », s’est tourné vers ceux du BAC qui sortent bientôt. Et là aussi, patatras…

Une incursion discrète dans des centres de correction d’Abidjan de l’intérieur du pays a été révélatrice de la fraude massive au BAC 2018. Cette fois-ci le taux spectaculaire ne viendra pas forcement des injonctions de la tutelle, mais du laxisme observé durant tout le processus, emmenant les candidats à s’adonner à cœur joie, à la tricherie. Les correcteurs que nous avons rencontrés sont unanimes et découragés. N. Y. correcteur dans un centre de correction de Yopougon, nous confie ceci: « les copies sont toutes conformes. Comment dans une classe entière, on peut avoir la même production écrite? La tricherie a été à grande échelle, cette année »

Même son de cloche à Bouaké et Yamoussoukro. K. V. correcteur dans la capitale de la Région du Gbêkê lui, est formel: « Les candidats ont utilisé les réseaux sociaux pour tricher. Ce sera un BAC obtenu par WhatsApp » . Et dire que les candidats avaient été sommés de ne point venir dans les centres de composition avec leurs téléphones. « Ils ont contourné la mesure. Des écoles sont poreuses. Quand les forces de l’ordre aidées par des membres du secrétariat fouillent les candidatas au portail, leurs complices leurs remettent les portables après » révèle D. W. qui a surveillé dans une école de Yopougon. R.H un candidat libre affirme d’ores et déjà qu’il aura sûrement le BAC cette année, après plusieurs tentatives infructueuses. Et la raison, on lui a laissé composer avec son téléphone moyennant un petit dessous de table ; il lui suffisait donc d’acheminer les sujets des épreuves par SMS ou par mail via tout autre réseau social, et le résultat revenait par le même canal.

Les résultats sont prévus pour être proclamés le mardi 24 juillet 2018 sur l’ensemble du territoire national avec un taux de réussite qui sera largement en dessus de celui de l’an passé au grand bonheur de dame Kamissoko, la ministre de l’Education nationale. En trichant massivement les candidats l’ont déjà aidé dans la tâche. Plus besoin d’une seconde délibération comme au BEPC cette année. Félicitations anticipées, Mme la ministre!

DADIE KOBE DE ZUENOULA

Commentaires Facebook