Depuis plus de trois mois, la ville de Bouaké et les villes environnantes souffrent du manque d’eau. Les robinets sont asséchés, aucune ne goutte d’eau de sort d’eux. L’eau n’est-elle pas source de vie ? Malgré cela jusqu’à ce jour le problème perdure. L’actualité est minée par l’annonce du troisième mandat que Ouattara souhaite briguer. Pendant ce temps, les populations de Bouaké et environs se voient obligées chaque jour de faire des kilomètres à pieds pour avoir de l’eau ou attendre avec « impatience » l’arrivée d’une des camions-citernes que la Sodeci leur envoie pour les ravitailler en eau.

Il avait été dit que trois mois suffiraient pour juguler le problème. Mais que nenni. Des femmes continuent de se bousculer avec de grosses bassines sur la tête, des bidons de 25 litres en main. Ivoiregnerie.com assiste à l’arrivée d’une camion-citerne chargé d’eau. La bousculade autour du camion démontre le désespoir des foyers en manque d’eau. Le camion-citerne est suivi d’un véhicule de la société de distribution d’eau avec un agent qui supervise le ravitaillement. En effet, chaque deux jours, parfois plus, les camions-citernes vont vers les populations pour leur distribuer de l’eau comme ration. Lesquels camions sont loués par mois à la Sodeci pour ce boulot de relais. Certains viennent d’Abidjan et appartiennent à des particuliers.

Bruno Koné

Bruno Koné

Des quartiers, « élus de Dieu »

Toute la ville n’est pas sans eau. Les robinets ne sont pas asséchés dans tous les quartiers. Notamment Air France, Nimbo et Houphouët ville (le quartier qui abrite la maison du 1er président) tandis que d’autres n’utilisent plus leur robinet. C’est le cas des quartiers qui étaient desservis par le château d’eau d’Ahougnansou alimenté par le lac Loka qui a tari et qui cause ce fâcheux désagrément. Une situation dont le gouvernement se déclare impuissant par la voie de son porte-parole Bruno Nabagné Koné.

« La dernière fois que je me suis exprimé sur cette question, j’avais terminé, mais ce n’était pas une boutade, en disant qu’il faut prier pour qu’il pleuve suffisamment pour que le bassin versant vers le lac qui approvisionne Bouaké soit rempli. Donc continuons à prier, continuons à prier. Dans l’intervalle, ce que le Gouvernement Rechercher Gouvernement doit faire, le fait » , a déclaré le « Bishop » Bruno Nabagné Koné qui rivalise désormais ce titre de « Bishop » avec Vincent Guy Kodja, trempé dans une affaire de grosses cylindrés non dédouanées dans le feuilleton « fraude au Guichet unique de l’automobile ».

 

Commentaires Facebook