Commandé à l’issue de la catastrophique campagne de 2016-2017, le rapport de KPMG qui qualifie la gestion de la filière café-cacao « d’approximative » montre que le désastre ne pouvait qu’avoir lieu. La mauvaise anticipation des volumes de production et l’utilisation de contrats à terme mal maîtrisés a provoqué une perte financière de 185 milliards de F CFA.

Si l’on ajoute la mauvaise vente de la production, les pertes globales pour la Côte d’Ivoire sont de 500 milliards de F CFA.

Il est très étrange que les dirigeants de la filière café-cacao nommés par Alassane Ouattara au début de son premier mandat aient pu rester si longtemps en place avec la mission de réorganiser la filière sans que personne ne se rende compte de la réalité de la gestion. Aujourd’hui tout est à reconstruire.

source : lepaysan.ci

 

Commentaires Facebook